domingo, 31 de agosto de 2014

LA VALEUR DES MOTS

Les mots, ces trésors merveilleux, renferment une valeur si grande bien que certains d’entre eux n’arrivent pas à exprimer et à décrire les sentiments et les émotions qui, tout comme les vagues de la mer, envahissent la plage de nos âmes.

Les mots sont puissants, ils ont leur propre vie et une énergie qui les rend uniques, singuliers et qui les revêt de toutes leurs beautés, ou bien au contraire, les dégrade. Ils peuvent être magiques, tendres, doux, transformateurs, calmants ou bien devenir au contraire des armes destructives, nocives, insalubres… Tout dépend de l’usage qu’on en fait et de l’intention qu’on porte sur eux.


Jésus disait: « Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme ; mais ce qui sort de la bouche vient du coeur, et c'est ce qui souille l'homme ».

Et les mots, le langage, sont en réalité l’expression de ce qu’il y a dans nos cœurs. Ils naissent de la source des sentiments et des pensées qui habitent dans notre for intérieur et reflètent ce que nous sommes réellement.

Le poète André Breton (1896-1966) nous rappelle : « Les pensées et les mots sont synonymes ».

Ceci étant, l’usage du langage et des mots en disent long sur nous et sur l’état actuel de notre esprit. En reprenant la citation de Confucius, un homme de paroles vertueuses n’est pas toujours un homme vertueux.

Sans laisser de côté tout cela, je vois avec inquiétude l’usage que l’on fait du langage verbal et aussi gestuel, de ce langage qu’on interprète seulement à travers nos expressions faciales et corporelles et qui, souvent en disent plus que les propres mots.

Du point de vue de l’Éducation il est très important de faire un usage correct du langage et de l’expression corporelle mais il est bien plus important encore de faire bon usage des mots afin d’entraîner des réactions positives chez nos enfants et nos jeunes.

Nous avons l’habitude de parler et de nous adresser à nos enfants en criant des mots inappropriés, blessants même qui entraînent une faible estime de soi, de l’agressivité et de la violence, de la dégradation, de la négativité et un long etc.

Ce n’est pas difficile d’observer au jour le jour beaucoup de pères et de mères s’adressant à leurs enfants en oubliant le respect, l’amour et la générosité dans leurs expressions ce qui nous mène vers tout ce qui vient d’être signalé.

Les mots affectueux dits avec tendresse ne nous affaibliront pas car l’autorité, et non pas l’autoritarisme, que nous confondons trop souvent, dérive de l’exemplification morale à travers nos actes et nos attitudes face à la vie et aux événements.

Il est important de réviser notre dictionnaire particulier et que nous voyions comment nous nous exprimons, que nous analysions notre langage, notre vocabulaire pour pouvoir réfléchir sur ce qui sort de notre cœur et ce que nous déversons sur ceux que nous aimons le plus.

Nos enfants sont en train d’être éduqués, ils sont en train d’apprendre et tout ce que nous faisons et nous disons les marquera pour toujours.

Comme nous avons dit auparavant, les mots ont du pouvoir car nos esprits établissent immédiatement des relations positives ou non, suivant la qualité bonne ou mauvaise avec laquelle nous les revêtons et cela impose des réactions dans un sens ou dans un autre.

Si nous nous montrons agressifs avec nos enfants, ils nous répondront avec agressivité, si nous utilisons la violence verbale, ils nous répondront avec la même violence, en rendant la communication de plus en plus difficile et en nous éloignant de ce qui devrait être une convivialité salutaire entre les membres de la famille.

En agissant ainsi, nous leur transmettrons des impressions très négatives sur eux-mêmes, sur le monde dans lequel ils vivent et sur les relations humaines. Nous serons en train de leur présenter un monde hostile et cette perception négative peut entrainer des conséquences graves pour l’avenir.

Beaucoup de ces comportements nocifs et destructifs que nous observons chez des enfants et des jeunes sont en relation avec le traitement qu’ils ont reçu et la perception qu’ils ont du monde qui les entoure.

Qui d’entre nous n’aime pas entendre une parole aimable, tendre, pleine de gratitude, de consolation, revêtue de la force suffisante pour remonter notre estime de soi, nous relever lorsque nous avons échoué et nous transmettre de la paix et du réconfort ?

Tout le monde sait et il a été démontré que les mots ont le pouvoir de guérir mais peuvent également rendre malade. Par conséquent, ne sous-estimons pas le pouvoir des mots dans l’éducation de nos enfants car, déjà bien avant la naissance, la modulation de notre voix, principalement celle de la mère, et l’énergie que nous mettons sur ces mots, stimule leur développement cérébral à travers les sensations agréables qu’ils reçoivent dans le bain d’hormones dans lequel ils sont immergés au sein de leur maman.

Notre langage doit toujours être rempli d’amour si nous voulons en faire des adultes heureux, confiants et aimés.


Auteur Valle García
Membre de l’équipe Semences pour l’Avenir du CELD (Centre Spirite Léon Denis)
Membre de la Commission de l’Education-FEE
Traduction : M.Christine Matos.



<< Home                      << fichiers- Français