sábado, 12 de julho de 2014

Champ Fertile


Il est inutile d’improviser des étais régénératifs pour redresser des arbres qui ont vieilli tordus. Les étais n’assurent la croissance correcte que des plantes nouvelles, évitant que leurs tiges ne dévient de la ligne correcte.
Il en est de même des êtres humains. Une fois que les personnes ont consolidé des tendances et les ont transformées en vices, qui finissent par se transformer en une seconde nature, tout est toujours plus difficile pour réformer les attitudes, en profondeur.
Il faut donc prendre soin des enfants et des jeunes, plantes en phase de croissance, encore modelables et orientables vers le plus grand bien.
Chez les jeunes, il est encore possible de corriger et de compenser des imperfections et des insuffisances de l'enfance, mais chez l'adulte le travail de rectification est normalement bien plus difficile.

De plus, l'enfance offre des possibilités insoupçonnées de perception et de passivité, qui facilitent énormément la mission de l'éducateur. De même, l'enthousiasme et l'impulsivité des jeunes sont des potentiels positifs pour l'éducation des facultés de réalisation, dans régime d’ouverture totale.
Tout cela n'est pas nouveau, et nous n'avons pas la présomption de dire quoi que ce soit qui ne soit pas connu. Mais il n’est jamais excessif de stimuler des amis dans leur tâche rédemptrice auprès des Esprits au départ d’une réincarnation sur Terre, qui ont besoin de protection et de stimulation, d'inspiration et d'orientation.
De tout ce que j'ai entrepris dans mon dernier pèlerinage terrestre, ce qui m’a apporté le plus ne sont pas les petites réunions familiales que j'ai réalisées, avec honnêteté et intrépidité, ni les efforts que j'ai réalisés pour assurer au Spiritisme la place au soleil que l'évolution générale lui destinait. C’est plutôt - cela oui ! - ce que j'ai pu faire pour les enfants et les jeunes, qui sont la matière première du grand avenir de l'Humanité.
Dans ma période d’homme, j'ai souvent rêvé de voir implanté dans le monde un programme actif et efficace qui vise à l'éducation complète des petits enfants. Maintenant, mon cœur se réjouit de constater combien la maison d'Ismaël concrétise, à grands pas, cet idéal beau et avancé dans le domaine de l'orientation et du soutien aux nouvelles générations.
Évidemment, nous ne pourrions pas concevoir une Doctrine Consolatrice, comme le Spiritisme, sans amples programmes d’enseignement général, sans assistance diligente et soigneuse aux personnes âgées et aux malades, sans une panoplie d'initiatives pour les désespérés et les désorientés, les sans abris et les affamés. Mais l'avant-garde du progrès est dans les berceaux porteurs d'avenir, dans les écoles qui forgent le futur, dans les foyers qui définissent la qualité de ce qui ce sera l'avenir du monde.
Tout le monde le sait, et ce n'est que pour cela qu’autant de ressources se concentrent pour mener l’esprit infantile et les énergies de la jeunesse vers des chemins et des objectifs en accord avec les prétentions de ceux qui désirent garantir la victoire de leurs idéaux, qui ne sont pas toujours constructifs et honorables.
Le fait est que les ténèbres organisées dépassent les limites tolérables, en matière d'audace et de témérité, en arrivant au point d'insuffler des projets officieux de dépréciation du sens moral des enfants, dès l’école primaire, en un défi ouvert à la capacité de bon sens des autorités et du peuple de notre nation bénie.
Ainsi, les hérauts du bon combat ne doivent pas se limiter à l'effort constructif de bien faire, mais qu’ils répondent également au besoin de la sensibilisation du public, sans fuir au devoir de prendre des positions claires et nettes pour la protection de la famille, dans son expression la plus élevée.
Ensemble, nous poursuivrons cette lutte bénie et productive, car nous serons tous les héritiers incontestables de ce que nous plantons aujourd’hui sur notre terre exubérante.
Je vous embrasse fraternellement.
Leopoldo Machado


(SANT´ANNA. Hernani T. Correio Entre Dois Mundos. Édition FEB, Rio de Janeiro, 1990, p. 101 à 103.)
(SANT´ANNA, Hernani T., Campo Fertil, REFORMADOR, Rio de Janeiro, v. 100, n°. 1843, p. 308, octobre 1982)


Traducteur : Marcia Kempf