sexta-feira, 29 de março de 2013


La graine

Célia Xavier de Camargo

Olivier, un garçon de sept ans, était très impatient et agité. Il ne voulait jamais faire de petites tâches et se plaignait de tout.
Il avait l’habitude de s’asseoir pour faire ses devoirs, mais après quelques minutes, il posait son crayon et disait :


- C’est une tâche très difficile ! Je ne sais pas comment faire.
Un jour, Olivier fut invité par un de ses camarades pour regarder un film, mais dès que celui-ci commença, il se plaignit :
- C’est un très long film ! Je ne peux pas tenir plus longtemps !
Une fois, il fut appelé pour jouer au football, mais rapidement il fut blasé :
- Ce jeu ne s’arrête jamais ! Pouvons-nous jouer à autre chose ?
Sa mère, inquiète de son comportement, l’entendait tout le temps se plaindre.
Elle demanda à son fils d’être patient et l’encouragea à être plus persévérant.  Mais il ne l’écoutait pas.
Un jour, elle décida de l’emmener faire une promenade.
C’était le printemps. Ils allèrent au marché. Olivier regarda un arbre et dit :
- Maman, regarde ! Quel bel et grand arbre !  Les fleurs sont si parfumées et si belles !
Plus tard, Olivier s’arrêta devant une statue inaugurée récemment.
La sculpture reproduite en taille réelle rendait hommage à un citoyen.
- Regarde, maman ! Quelle belle statue ! On dirait qu’elle est vivante !
Plus tard, ils passèrent devant une grande pierre et le garçon dit :
- Par contre, cette pierre ne met rien en valeur !
Sa mère lui dit alors :
- Tu te trompes, mon fils.
L’artiste a fait la sculpture que tu viens juste d’admirer avec une pierre semblable à celle-ci.
- Comment un artiste pourrait-il faire un si beau travail ?
Sa mère sourit et dit :
 
- Cela prend certainement beaucoup de temps et d’efforts.
Elle cueillit alors un haricot vert, pris une de ses graines et la plaça dans la main de son fils :
 
- Dans la vie, chaque chose demande un effort, mon fils.
Le fort et bel arbre que tu viens juste d’admirer s’est développé à partir de cette petite graine.
Il représente l’effort combiné de la nature et des hommes, car quelqu’un s’est occupé de lui.
Le garçon eut alors une idée :
- Je vais prendre cette graine et la planter à la maison.
Je veux la voir grandir rapidement !
- Bonne idée, mais s’il te plaît ne soit pas impatient.
Nous devrons attendre plusieurs années avant de pouvoir voir cette petite graine se transformer en arbre. 
 
Le bon côté est que tu auras l’occasion de la voir grandir et se développer.
Olivier était déçu.
 
- Je veux la voir grandir rapidement !
 
- Rien n’arrive du jour au lendemain, mon fils.
Chaque chose demande un effort, du temps et de la bonne volonté, mon fils.
As-tu déjà vu un bâtiment se construire d’un seul coup, ou un pont bâti d’un jour à l’autre ?
 
- Non; même un devoir ne se résout pas par lui-même.
- C’est vrai.
La nature a besoin de temps pour travailler, et nous de même.
Ainsi, allons de l’avant.
Plante ta graine et attends pour voir comme elle va devenir belle.
Olivier pris alors la graine dans sa main.
Quand ils arrivèrent à la maison, il fit un trou, couvrit la graine avec de la terre et l’arrosa.
Chaque jour, dès son réveil, Olivier se rendait à l’endroit où il avait planté sa graine.
Un  jour, il fut vraiment heureux : on pouvait apercevoir une petite pouce.
 
Olivier pouvait suivre le développement de sa petite plante qui grandissait un peu plus chaque jour.
Un jour, il réalisa qu’elle avait la même taille que lui !
Le garçon appris grâce à cette graine que chaque chose prend du temps dans la vie et que précipiter les choses ne fait rien de bon.
Il est devenu studieux à l’école, et quelques années plus tard, il alla étudier dans une autre ville.
Quand il revint, il réalisa que sa petite graine était devenue un arbre beau et fort, plein de fleurs parfumées.
 
Regardant le tronc d’arbre, les branches et les belles fleurs, Olivier a dit à l’arbre :
- Nous avons grandi tous les deux et maintenant nous travaillons.
J’ai terminé mes études universitaires et toi tu nous rends heureux avec tes jolies fleurs et ton ombre.
J’ai appris tant de choses avec toi, mon ami Merci !
Alors, il s’approcha de l’arbre, l’étreignit et  l’embrassa à plusieurs reprises.      
 
Tante Celia

           
(Auteure : Célia Xavier de Camargo ; Traduction: Márcia Kempf))